Clairière MORGANE

Clairière MORGANE

Origine du Druidisme

Le Druidisme, à la fois spiritualiste et scientifique, se différencie des nombreuses « religions » occidentales et orientales contemporaines, en ce que son enseignement ne se donne pas comme « révélé » par une « Entité » supra humaine,  ou simplement humaine, comme certaines l’affirment, haut et fort, à coups de dogmes, d’interdits ou d’obligations,  plus ou moins compréhensibles et surtout explicables, mais comme étant le fruit de longs siècles d’observation de phénomènes tant physiques que cosmiques, et de leur interprétation dans les domaines psychiques et métaphysiques.

Ces observations, ces interprétations, ces transmissions ancestrales venant des temps les plus reculés ont donné, en fait, à ces Druides et à leurs prédécesseurs, les Chamans ou Semnothès, une connaissance approfondie des mystères du cosmos, de la nature, de la vie. Pour assimiler la possession de cette science il ne fallait pas moins de 20 années d’études.  On suppose également que les Druides enrichirent leur savoir en assimilant les connaissances très avancées de rescapés du continent Atlante après l‘effondrement de celui-ci.

De nombreux savants et philosophes antiques, tel Platon et Pythagore, reçurent l’enseignement de Druides Gaulois, tout comme ces Druides entretenaient des relations avec le monde culturel grec qui s’étendait de l’Europe orientale jusqu’aux  rives de l‘Indus.

Ce sont finalement les Druides qui recueillirent et héritèrent des connaissances millénaires anciennes et on peut affirmer avec Ferdinand Lot que : « le Druidisme est la seule doctrine européenne qui ne soit pas d’origine orientale  ».

Cette voie spirituelle qui devait s’appeler plus tard le « Druidisme » fut la « religion » de la dernière « race » qui fit son apparition sur notre planète.  Cette race hyperboréenne, Celtique, est donc la « race »blanche, et cela dit sans aucune connotation raciste, un terme inconnu dans la philosophie druidique. Cela remonte à environ 24 000 ans, a peu près à l‘époque ou ‘on situe l‘homme de Cro-Magnon.  Bien entendu, à cette époque les sages e s’appelaient pas Druides, mais constituaient la caste des « Chamans ». Ils se contentaient d’observer le ciel, les étoiles, la course du soleil, et la terre, et en tiraient des observations qu’ils notaient sur les moyens à leur disposition, peaux de bêtes, pierres gravées,  pictogrammes, peintures rupestres.

Nous disons, avec de nombreux auteurs, que le Druidisme n’était pas une religion dans le sens doctrinal mais fut une religion dans le sens exact de ce mot c'est-à-dire une réunion de différents enseignements ésotériques issus de connaissances  physiques et psychiques, réservées à une certaine élite intellectuelle jugée apte à les comprendre, à les recevoir et à les enseigner.

Les Druides et leurs ancêtres, les « semnothès »  étaient donc les  initiés d’une doctrine ésotérique .Ils enseignaient l’existence d’un Esprit Créateur Universel  et parfaitement inconnaissable, qu’ils nommaient respectueusement l’INCREE et représentaient par les initiales sacrées O.I.V. ou O.I.W. et pour rendre grâce à cet Esprit Supérieur, il fallait s’instruire de tout ce qui était connu et en partant d cette base, rechercher la Vérité Supérieure en scrutant et en comprenant les lois naturelles, physiques comme psychiques. Cette nature qu’ils respectaient et aimaient, car seule, elle pouvait fournir l’enseignement complet.



24/05/2015
0 Poster un commentaire