COLLEGE DRUIDIQUE DES GAULES

COLLEGE DRUIDIQUE DES GAULES

NOIOS HEOL (Mot gaulois qui signifie Nouveau Soleil, la contraction du mot a donné NO ËL en français)

 

C’est une flambée qui ronronne

 

Dans l’âtre de la cheminée,

 

Une chanson que l’on fredonne

 

Devant une crèche  illuminée.

 

C’est un sapin décoré

 

Qui rêve encore à son vallon,

 

Trônant loin de sa forêt

 

Entre les fauteuils  du salon.

 

C’est une table couverte de mets,

 

De friandises et de victuailles,

 

Une cuisine d’où s’échappent des fumets

 

De pâtés fins et de volailles.

 

 

 

Ce sont 12 coups qui résonnent

 

Au clocher de la vieille église,

 

Quand les grands arbres frissonnent

 

Sous le souffle glacé de la bise.

 

Ce sont des cris de joie qui fusent

 

A la découverte de tous les présents,

 

Des rires de parents qui s’amusent

 

De l’émerveillement des petits enfants.

 

C’est un bouquet de souvenir

 

Des douces années de jeunesse

 

Qui semblent soudain revenir

 

En cette nuit  enchanteresse.

 

 

 

Mais c’est aussi ce pauvre hère

 

Qui marche seul dans la nuit,

 

Traînant sa peine et sa misère

 

Le long des rues mouillées de pluie.

 

C’est encore la main tendue

 

Vers un peu de charité,

 

De celui qui a tout perdu,

 

Peut-être même sa dignité.

 

Ces sont tous les exclus,

 

Ces yeux sans visage et sans âge,

 

Ceux qu’on ne voit même plus

 

Quand ils quémandent quelque partage.

 

  

 

C’est un parfum de paix sur terre

 

Que chacun pourra venir respirer,

 

Un canon qui va peut-être enfin se taire,

 

Un fusil qui ne va pas tirer.

 

C’est une gerbe de lumière,

 

Un feu cosmique venu d’ailleurs,

 

C’est une supplique, une prière

 

Pour des lendemains meilleurs,

 

C’est une étoile qui scintille

 

Tout là haut dans les cieux

 

Une flamme d’espoir qui pétille

 

Pour accueillir le Nouveau Dieu.

 

Screen Shot 05-13-15 at 03.11 PM.PNG



13/12/2015
0 Poster un commentaire