Clairière MORGANE

Clairière MORGANE

A.U.M et O.I.V. les sons sacrés

Voilà 2 noms divins qui font appel à 2 traditions, l’une orientale et l’autre occidentale.

 

J’en ferai une approche énergétique. Chaque voyelle provoque des vibrations qui font résonner notre corps. Il s’ensuit que chacune de ces voyelles aura la place dans notre corps en fonction de sa vibration sympathique. En ce sens, nous dirons que chaque voyelle correspond à une région du corps. Les consonnes ont pour rôle de mettre en application l’énergie des voyelles, elles vont donner une qualité à l’énergie vibratoire. Par exemple, la consonne M va focaliser les sons vers la bouche, siège de l’expression orale, car on y trouve tous les résonateurs concentrés  autour d’elle, et l’on sentira vibrer tout le masque facial avant de libérer l’énergie. Avec la consonne N, la vibration sera moins large et se réduira à la région du nez avec une retenue du son produit qui sera ainsi plus pointu.

 

Le mot A.U.M. peut être décomposé en A.O.U.M. La voyelle A résonne dans le haut de la poitrine, la voyelle O descend plus bas, vers l’estomac, tandis que la voyelle U (prononcer OU) se situe à la base de la colonne vertébrale. Le son part du cœur pour aller vers la base, le fondement, avant de s’exprimer au niveau de la bouche par la consonne M. Le mouvement descend avant de remonter.

 

Le mot O.I.V. est décomposé en O.I.U.N. Avec la voyelle I, la vibration est au sommet de la tête. Le mouvement est donc inverse du précédent. Il part du plexus solaire vers le haut pour ensuite descendre vers la base avec une consonne plus retenue. Nous observons l’image du tribann et de son reflet :      

 

Screen Shot 04-13-16 at 11.32 AM.PNG

 

A.U.M. et O.I.V. se répondent par symétrie.

 

Mais dans notre tradition celtique, nous avons un autre nom divin : AWEN, qui se décompose an A.U.E.N. La voyelle E se localise dans la gorge. Nous constatons alors un mouvement descendant, de la poitrine vers la base, suivie d’une remontée vers la gorge Nous retrouvons la même ligne mélodique que pour A.U.M.

 

En conclusion, je préciserai que cette approche ne peut être définitive car nous ne connaissons pas le vrai nom de l’INCREE. Rappelons-nous ce qu’en dit le Barddas : « parce que le nom O.I.V. est le premier qu’on lui ait donné, secrète et mystérieuse est sa prononciation. Profère le donc si tu peux et surtout si tu le sais ».

 

 

Screen Shot 04-13-16 at 11.37 AM.PNG



13/04/2016
0 Poster un commentaire